« L’emploi sportif », état des lieux mené par le Céreq

Le ministère des Sports a confié au Céreq, le Centre d’étude et de recherche sur les qualifications,  la réalisation d’un portrait statistique de « l’emploi sportif ».

Cette notion comprend à la fois l’exercice des métiers de l’encadrement des pratiques sportives quel que soit l’employeur, et l’ensemble de l’emploi dans les clubs de sport et centres de culture physique, dans la gestion d’installations et l’enseignement de disciplines sportives.

L’objectif est de mettre à disposition de l’ensemble des acteurs, publics ou privés, concernés par les questions d’emploi et de qualification dans le sport, un socle synthétique de connaissances et de repères quantitatifs.

Cet état des lieux caractérise les formes d’emploi sportif en croisant le secteur du sport défini par ses activités et les spécificités du métier d’éducateur sportif. Il s’appuie sur des données quantitatives issues de différentes sources de la statistique publique et se focalise sur la situation de l’emploi sportif en France métropolitaine et sur les grandes tendances d’évolution.

Les travaux menés par le Céreq font ressortir différents éléments :

  • Le taux d’emploi salarié dans le secteur du sport augmente de 3,5 % par an depuis 20 ans. Les activités des clubs de sport représentent les deux tiers des emplois du secteur.
  • L’emploi non salarié représente 16 % de l’ensemble des emplois du secteur et est composé à 77 % d’éducateurs sportifs.
  • Le poids des emplois du secteur sport dans l’ensemble de la population active a été multiplié par 4,7 en 35 ans.
  • Parmi les emplois occupés à titre d’activité principale dans le secteur du sport, le métier d’éducateur sportif représente 41 % de l’ensemble des professions exercées. Une proportion qui est de 77 % chez les non-salariés et de 35 % chez les salariés.
  • En termes de démographie d’entreprises, le secteur du sport se caractérise par un développement plus fort que le reste de l’économie. L’emploi salarié sportif est majoritairement concentré dans de petites structures.
  • Le secteur du sport n’échappe pas au phénomène de vieillissement général de la population, à la féminisation de ses activités et à l’augmentation générale du niveau de formation.
  • Le secteur du sport présente un turn-over important. Les salariés ont très majoritairement moins de 5 ans d’ancienneté.
  • Le secteur du sport est marqué par une part élevée des non – salariés et des professions intermédiaires.
  • Les salaires mensuels nets moyens en équivalent temps plein dans le secteur du sport sont plus faibles que dans l’ensemble de l’économie, avec des écarts de rémunération entre hommes et femmes conformes à ceux observés pour l’ensemble de l’économie.
  • Le recrutement des jeunes qui travaillent dans le secteur du sport se situe massivement au niveau IV (baccalauréat)
  • Les jeunes salariés dans le secteur du sport bénéficient de conditions d’emploi plus précaires à la fois que leurs aînés et que l’ensemble des jeunes de leur génération. Plus de contrats à durée déterminée, plus de contrats aidés, et des temps partiels plus faibles.
  • En France selon le recensement de la population 2013, 104 400 personnes exercent le métier d’éducateur sportif à titre principal, soit 0,4 % de la population occupant un emploi.
  • Ces professionnels sont inégalement répartis sur le territoire national : quatre régions concentrent 55 % des effectifs, à savoir : régions Auvergne-Rhône-Alpes ; Île-de-France ; PACA ; Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
  • Le métier d’éducateur sportif reste très largement exercé par des hommes, la part des femmes n’y est que de 33 %.
  • L’augmentation du niveau de formation initiale des éducateurs sportifs s’est accentuée ces dernières années : 42 % sont diplômés de l’enseignement supérieur contre 26 % il y a 15 ans. Ces chiffres sont à l’image du secteur du sport dans son ensemble où les actifs sont plus diplômés que ceux de l’ensemble de l’économie.
  • 20 % des éducateurs sportifs déclarent exercer plusieurs activités professionnelles. 10 % des salariés déclarent avoir plusieurs employeurs, dans le cadre de leur profession principale d’éducateurs sportifs. 
  • 69 % des éducateurs sportifs salariés exercent leur activité principale dans le secteur privé et 28 % dans une collectivité territoriale. Par ailleurs, 60 % des éducateurs sportifs en emploi exercent leur activité principale dans le secteur du sport et ce, quel que soit leur statut salarié ou non.

L’étude complète est disponible ici.