Absence de candidats à la présidence de l’association

Question : Notre association peine à trouver des candidats pour prendre la présidence de celle-ci. Que pouvons-nous faire ?

Réponse de la FFCO : Bien souvent, le défaut de candidature résulte de l’appréhension pour le membre d’une association d’engager seul l’association et donc sa responsabilité. Des solutions peuvent être mises en place pour rassurer les candidats :

  • La coprésidence

Il est tout à fait possible d’avoir une coprésidence ou une présidence collégiale au sein d’une association. Néanmoins, ce sont les statuts qui déterminent le mode de direction de l’association.

Dans le silence des statuts, vous pouvez les modifier pour autoriser une coprésidence : l’association sera donc dans ce cas une présidence partagée, (deux présidents, dont les fonctions seront définies dans les statuts).

Néanmoins, il convient de fixer dès le départ si, pour chaque acte, les deux coprésidents doivent signer ou si l’une des deux signatures est suffisante.

Nous vous proposons, à titre d’exemples, des articles à insérer dans vos statuts :

« Art. … – En lieu et place d’un Président, le Conseil d’Administration peut élire deux Coprésidents du club dans les conditions prévues à l’article … ci-dessus.

Ceux-ci exercent conjointement les prérogatives énumérées à l’article … ci-dessus. (Article consacré aux pouvoirs du Président)

Art. … – En cas de vacance de l’un des deux postes de Coprésidents pour quelque cause que ce soit, les fonctions correspondantes sont exercées par le seul Coprésident restant jusqu’à la fin du mandat.

En cas de vacance des deux postes de Coprésidents pour quelque cause que ce soit, le Vice-président exerce provisoirement les fonctions correspondantes. Le ou les postes sont définitivement pourvus dans les conditions fixées à l’article… ».

  • La gestion collégiale

D’autre part, vous pouvez également modifier les statuts pour prévoir une présidence collégiale. Dans ce cas de figure il vous faudra déterminer le nombre de membres présidant l’association. Par exemple vos statuts pourraient prévoir que « L’association est gérée au quotidien par un bureau de … membres (au maximum) issus du Comité Directeur ».

Ces mêmes membres devront être statutairement habilités à effectuer les différentes fonctions relevant habituellement de la mission du président.

Nous vous conseillons d’opter plutôt pour une coprésidence qui permet à chaque coprésident d’engager l’association. A contrario, lorsqu’une direction collégiale est mise en place, toutes les décisions sont prises à l’unanimité, cela peut avoir pour conséquence d’entraîner un blocage total de l’association en cas de désaccord concernant la gestion (à moins de mettre en place des délégations de pouvoirs spécifiques ce qui revient à attribuer plus ou moins des postes).

Cette organisation peut permettre d’évacuer la pression ressentie par les différents membres de votre association, qui sont réticent à prendre la tête du comité directeur. Nous vous conseillons donc de sensibiliser un maximum les différents adhérents de l’association sur la situation pour obtenir, si possible, davantage de candidats ; et de mettre l’accent sur cette coprésidence

Si aucune personne du Comité Directeur ne se présente au poste de Président, cette situation aura pour conséquence de créer une vacance à la tête de l’association, ce qui constitue un obstacle indéniable à la poursuite des affaires courantes de la structure. Ainsi, et après avoir solennellement constaté l’impossibilité à pourvoir les fonctions dirigeantes, l’organe compétent devra convoquer une assemblée générale extraordinaire dans le but de provoquer la dissolution-liquidation de l’association.