La FF Clubs Omnisports reçue a l’Elysée

Le mardi 21 mai dernier, Gérard PERREAU-BEZOUILLE, Coprésident de la FFCO, et Denis LAFOUX, directeur, ont été reçus à l’Elysée par Monsieur Cyril Mourin, Conseiller Sport du Président de la République. L’objectif de cette rencontre était de rendre compte des inquiétudes des clubs sportifs sur les territoires vis à vis de la nouvelle gouvernance et notamment du financement « CNDS » avec orientation des fédérations. Il s’agissait aussi de mettre en avant et de démontrer la cohérence de la structuration omnisports dans la mise en œuvre des politiques publiques du sport et le développement des pratiques. Plusieurs sujets ont été mis sur la table dont voici un bref résumé.

Le club : cible des politiques de l’Etat.

M. Mourin a pu mettre en avant la volonté du Président Emmanuel Macron de mettre « le club au cœur de la maison sport » et d’aller au-delà de la contradiction du mouvement sportif à savoir, vouloir plus d’autonomie tout en demandant plus à l’Etat. Pour lui, le cœur du sujet, c’est la (re)connexion entre les fédérations et les clubs. Il faut que les fédérations représentent vraiment les clubs et le sujet de l’élection des présidents de fédérations est d’ailleurs est un des axes de travail.

Dans la politique actuelle du gouvernement, il y a deux cibles : le club et les pratiquants. Les fédérations dans cette approche ne sont pas une finalité mais un moyen d’atteindre les objectifs de l’Etat. L’idée est de sortir du système actuel pour mettre les fédérations face à leurs responsabilités et la question des CTS fait partie de cette réforme globale pour donner plus de lisibilité au financement public dans le sport. Il s’agit d’une réforme d’ensemble.

La FF des Clubs Omnisports ne peut que se réjouir de ce discours qui va dans le sens de ce qu’elle porte quotidiennement à savoir, mettre le club au cœur de l’action. Cependant, elle s’étonne que pour donner plus de place au club, il faille donner plus de pouvoir aux fédérations au sein de l’Agence, principalement sur le financement des clubs via le Projet Sportif Fédéral, et moins de place aux ministères et agents de l’Etat.

Une proximité à réinventer.

L’échelon qui parait le plus propice au conseiller sport du Président de la République pour bien appréhender le phénomène sportif serait l’intercommunalité, point de convergence d’ailleurs avec les positions de la FF Clubs Omnisports et de plusieurs parlementaires avec lesquels nous collaborons. C’est à cet échelon que les acteurs publics (collectivités) et sportifs (clubs) appréhendent le mieux les besoins de la population.

Sur ce point, la FFCO est revenue sur sa demande que les clubs soient intégrés dans les futurs parlements régionaux du sport, au-delà des représentations classiques et verticales du mouvement sportif. Il a semblé cohérent à notre interlocuteur de défendre cette position qui trouve d’ailleurs que la démarche du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine, qui intègre des clubs omnisports dans sa conférence régionale du sport, va dans le bon sens.

La licence : un nouveau modèle ?

Il semble important pour M. Mourin de sortir de la licence compétitive pour proposer d’autres choses. La licence est un titre sportif qui permet une utilisation de droits mais ceux-ci doivent être divers. Il est d’ailleurs porté par l’Etat un projet de licence sociale avec une prise en charge ou une tarification spécifique. ce sujet fera l’objet d’une table ronde le 6 juin prochain à Bordeaux dans le cadre du salon des sports (inscription ici).

Cette entrevue, obtenue par l’intermédiaire des nombreuses relations parlementaires de la FF Clubs Omnisports, et notamment suite à l’intervention de Mme la Députée de la Sarthe, Pascale Fontenel-Personne, démontre une nouvelle fois la place que prend désormais la fédération dans le paysage sportif. En effet, force de proposition en contact avec la réalité des clubs, la FF Clubs Omnisports poursuit donc son travail de représentation des associations sportives et est reconnue comme telle.

Cette reconnaissance est celle de la fédération bien entendu mais elle n’est possible que par les actions concrètes, l’apport de contenu et le rassemblement des forces de nos clubs adhérents, toujours plus nombreux à nous rejoindre.