La nouvelle gouvernance du sport – points de vigilance pour l’omnisports

Le Ministère et le CNOSF ont réuni mercredi 7 novembre les fédération sportives dans les locaux de la maison du sport français afin de faire un point d’étape sur la gouvernance et recueillir leurs réactions avant les derniers ajustements.
A la suite de cette réunion de présentation et réflexion sur ce rapport, la FFCO souhaite communiquer certaines informations importantes pour les clubs :
  • Création de l’Agence au 1er trimestre 2019 avec une représentation des voix entre l’État (30% 4 sièges), les collectivités locales (30% 4 sièges), le mouvement sportif (30% 4 sièges) et le monde économique (10%)
  • Confirmation de la disparition du CNDS et réorientation des financements vers la nouvelle agence
  • Création de conférences régionales du sport et de conférences des financeurs (à l’échelle régionale) avec intégration de représentants du mouvement sportif
  • Financement des clubs par l’agence via deux possibilités :
    • Financement fléché à destination des fédérations qui auront à charge de se structurer et redistribuer à leurs ligues, comités et clubs en fonction de leur projet fédéral – 141 millions d’Euros ;
    • Financement fléché vers les conférences régionales des financeurs qui reverseront en fonctions des politiques sportives régionales issues des conférences régionales du sport – 39 millions d’Euros.

Cette organisation ne remet pas en cause la possibilité de financement en propre par les collectivités selon leur propre politique sportive

Les discussions ont fait émerger un certain nombre de points de vigilances pour les clubs omnisports :

  •  Quid de la représentation des porteurs d’actions transversales (omnisports / multisports / affinitaires) dans la nouvelle gouvernance au sein de l’agence ?
  • Quid de cette même représentation dans les conférences régionales ?
  • Quels moyens réels à destination des clubs par un financement via la fédération sur la concordance avec le projet fédéral et via la conférence des financeurs au plan régional ?
  • Quelles fédérations seront concernées par ce fléchage et cette redistribution ? FF Club Omnisports ? FF affinitaires ?
  • Quelle place pour le club dans la gouvernance du sport ?

Ces questions n’ayant trouvé pour le moment aucune réponse, les dirigeants de la Fédération ont alerté et sollicité des rendez-vous avec la direction des sports (représentée par intérim par Nathalie Cuvillier) et avec la Ministre des Sports. En parallèle, des démarches sont aussi entreprises à destination des parlementaires auprès desquels la fédération possède une écoute attentive.

Par ailleurs, nous incitons les clubs à prendre contact avec leurs parlementaires et restons disponibles pour les accompagner lors de ces rencontres pour porter un discours commun.

Enfin, à notre avis, un sujet important reste aussi en suspens pour les fédérations, notamment les plus modestes. Il s’agit de celui de l’évaluation / notation par des agences extérieures ou la mise en place de normes (type AFNOR). Il est évident que ce qui étaient des missions de l’Etat, à  savoir le contrôle du bon usage des deniers publics et du bon fonctionnement des fédérations, deviendraient désormais déléguées à des structures privées avec un coût supplémentaire pour nos structures. La FF des Clubs Omnisports ne remet nullement en cause la question du contrôle mais considère que faire peser une nouvelle charge sur des structures ayant des niveaux de budget aussi bas que les notres ne va pas dans le sens du développement des pratiques.