La pratique des sports de combat au 11 juillet

Depuis plusieurs semaines, la pratique des sports collectifs est de nouveau autorisée, sans obligation de respecter la distanciation sociale lorsque la discipline ne le permet pas. Cette autorisation cantonnée aux sports collectifs laissait toutefois en attente les sports de combats, toujours proscrits.

Pour la nouvelle phase de déconfinement qui marque la fin de l’état d’urgence sanitaire, le 11 juillet, le gouvernement a annoncé dans un communiqué que « l’ensemble des activités physiques et sportives peuvent désormais reprendre normalement dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire. La distanciation physique n’est plus obligatoire lorsque la nature même de l’activité ne la permet pas. “

De fait, cette évolution autorise à nouveau la pratique des sports de combat au niveau amateur et en pratique de loisir (la pratique était déjà autorisée pour les sportifs professionnels) dans les territoires sortis de l’état d’urgence. 

Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports et Roxana MARACINEANU, ministre déléguée chargée des Sports rappellent toutefois la nécessité d’une grande vigilance et responsabilisation de chaque pratiquant et encadrant ainsi que du respect des gestes barrières et de la distanciation physique afin de limiter au maximum les risques de contagion du virus covid-19.

Certaines fédérations ont déjà pu réagir en proposant des protocoles adaptés à la situation. La Fédération Française de Judo a, à cet égard, publié un « protocole de vigilance modérée ».