Les grands évènements sportifs ont plus d’impacts sur la consommation que sur la pratique sportive

Et si le sport était un atout déterminant de la croissance ? C’est la question que s’est posée l’Observatoire de l’économie du sport, un organisme dépendant du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, dans la dernière livraison de sa lettre Sport éco, mise en ligne le 12 mai 2017.

Pour y répondre, l’Observatoire de l’économie du sport met en avant un aspect particulier des politiques sportives : l’organisation de grands événements, et s’appuie sur une enquête réalisée en septembre 2016 par OpinionWay pour Sporsora.

Il ressort de celle-ci que la tenue d’un événement sportif en France contribue au sentiment de fierté de la population (cité comme premier impact dans 44% des cas). En revanche, l’argument de la progression accélérée du pays en termes d’infrastructures n’est cité que par 26% des répondants.

Autre aspect cité dans l’enquête : les retombées directes des grands événements sportifs en termes de consommation. Ainsi 13% des Français adaptent leur consommation de boissons/alcool à l’occasion d’un grand événement sportif, 6% modifient leurs livraisons de repas à domicile, 7% ajustent leur consommation d’équipements et de vêtements de sport, et 4% changent leurs habitudes d’achats de produits audiovisuels.

Côté pratique sportive, l’enquête est assez paradoxale. Si pour 41% des personnes interrogées un grand événement sportif contribue à augmenter la pratique sportive, seulement 11% des personnes interrogées avouent être elles-mêmes tentées à cette occasion de pratiquer un sport ou de reprendre une activité sportive abandonnée. Surtout, quand il s’agit de franchir le pas, seuls 4% s’inscrivent réellement à un club.

 

(Localtis)