L’évolution de l’engagement bénévole associatif, en France, de 2010 à 2019

Pour éclairer sa mission, qui est de « développer l’engagement bénévole associatif pour une citoyenneté active », France Bénévolat s’est dotée, depuis 2010, d’un baromètre de l’évolution du bénévolat (2010, 2013, 2016 et 2019). Sa réalisation est confiée à l’IFOP, et bénéficie du soutien du Crédit Mutuel et de l’appui de Recherches & Solidarités.

Sa 4ème édition, 2019, après 2010, 2013 et 2016, confirme la bonne tenue du bénévolat d’« intérêt général », mais certaines tendances interpellent les associations.

En 2019, les associations peuvent compter sur 13 millions de bénévoles soit 1 personnes sur 4. Ces chiffres restent stables par rapport aux études précédentes.

Si le taux d’engagement bénévole associatif est plutôt stable, il progresse dans les jeunes générations (moins de 35 ans et 35-49 ans, 22% en 2019 pour chacune de ces générations), et diminue chez les plus âgés (chez les 50-64 ans, 20% en 2019, et chez les plus de 65 ans, 31% en 2019 contre 37% en 2010).

Il faut également noter que le bénévolat dit ponctuel continue de progresser :  29% des bénévoles aujourd’hui en association le sont « à une période précise de l’année ou à l’occasion d’un événement, quelques heures ou quelques jours par an, et pas tout au long de l’année ». Les plus concernés sont les moins de 35 ans, les plus de 65 ans pratiquant un bénévolat plus régulier. Ces chiffres confirment ce que les associations expriment lors de nos différentes rencontres.

Parmi les différents secteurs d’activités dans lesquels le bénévole donne du temps, le « social, caritatif » occupe la  toujours première (30% des bénévoles). « Loisirs » (23 %),« sports » (21 %) et « culture » (19%)  suivent de près.

62 % des enquêtés ne sont pas ou plus bénévoles :

  • deux personnes sur cinq ne l’ont jamais été : 20% d’entre eux ne voient pas ce qui pourrait les inciter à s’engager, tandis que les autres se déclarent prêts à s’engager, en fonction des circonstances et/ou avec une incitation (entourage, association, aide en compétence …) ;
  • parmi ceux qui ne sont plus bénévoles, l’arrêt d’un bénévolat associatif tient, en général, à des raisons personnelles, mais 1 sur 4, explique aussi son retrait par la déception des résultats obtenus et/ou par rapport à l’organisation de l’association. Le point positif : seuls 15% d’entre eux n’envisagent vraiment plus de donner du temps à une association !

Retrouvez l’intégralité de l’enquête en cliquant ici.