Litige avec un parent d’adhérent

Question : Mon club connaît un litige avec un parent d’un adhérent qui, par son comportement, perturbe le bon fonctionnement du club et ses adhérents. Quelle mesure peut être prise à son encontre ? 

Réponse de la FFCO : Pour être membre d’une association, la personne doit exprimer la volonté d’adhérer à l’association. En conséquence, le parent d’un membre adhérent ne peut pas être considéré comme tel.

De ce fait, l’association ne peut pas prononcer de sanction disciplinaire envers un parent d’adhérent. Les possibilités de l’association sont donc limitées à éloigner le plus possible cette personne des cours et du fonctionnement de l’association. Il est par exemple possible de prévoir la présence d’une personne du bureau au début et à la fin de chaque cours afin d’éviter d’éventuelles consignes données par ce parent à l’entraîneur. De plus, n’étant pas adhérent du club, il est possible de prévoir que les parents ne sont pas acceptés, sur décision du comité directeur, pendant les temps de préparations ou les matchs.

Il est possible d’établir une charte à afficher dans les lieux de pratique et invitant tous les participants (joueurs, parents, spectateurs), à respecter des règles de fair-play et de bonnes conduites.
La signature d’une charte par le parent ne lui confère pas pour autant la qualité d’adhérent. Dès lors, le club n’a donc « aucun moyen de pression » en cas de non-respect de celle-ci. Malgré ce qui est prévu dans la charte, il ne sera pas possible de sanctionner le parent (car non adhérent) ou l’enfant pour un fait de son parent. Néanmoins, avec une telle charte il sera plus facile pour le club de faire admettre les torts à un parent en s’appuyant sur ce document.

Enfin, selon l’attitude adoptée par le parent, il est possible de prévoir un rendez-vous avec lui afin de lui rappeler les règles du fair-play et le fait que son attitude est nuisible au club et à ses membres.