L’Udes juge urgent d’aider les petites associations à passer le cap de 2018

 Le Premier ministre Edouard Philippe a lancé le 9 novembre, en présence de Nicolas Hulot et Jean-Michel Blanquer les ministres de la Transition écologique et solidaire et de l’Education nationale, un projet de réforme de la vie associative. L’objectif : développer l’emploi durable dans les entreprises associatives.

Si de nombreuses annonces ont été faites à cette occasion – 5,8 millions d’€ supplémentaires pour les associations en 2018 au titre du compte engagement citoyen, 61 millions d’€ pour le service civique, 25 millions d’€ pour alimenter le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) en remplacement de la réserve parlementaire et 1,4 milliard d’€ en 2019 à travers le Crédit d’impôts de taxe sur les salaires (CITS) et la baisse générale des charges – la plupart étaient déjà attendues par le secteur.

L’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) réagit au projet de réforme de la vie asociative présenté par le gouvernement le 9 novembre : « Si de nombreuses annonces ont été faites à cette occasion […] la plupart étaient déjà attendues par le secteur », note-t-elle. Les mesures relatives au financement « permettront un alignement des entreprises associatives sur les autres entreprises, ce que demande le secteur depuis 2013 », mais elles « ne seront appliquées qu’en 2019 », souligne cependant l’Udes, qui s’attend à une année 2018 « particulièrement difficile pour les entreprises associatives et plus spécifiquement pour les moins de 20 salariés », frappées « de plein fouet » par la baisse des contrats aidés. « Les TPE associatives, en particulier dans les secteurs du sport, de l’animation, de l’insertion et de la culture, sont déjà prises à la gorge par plusieurs réformes (rythmes scolaires, taxe d’habitation). De plus, elles ne bénéficient pas du CITS en raison de leur taille », rapporte l’Udes, pour qui, l’urgence est désormais « de les aider à passer le cap. »

« L’UDES sera partie prenante des réflexions engagées pour permettre au secteur associatif de changer d’échelle en étant soucieux du bon équilibre entre les ambitions affichées et les moyens disponibles. » souligne Hugues Vidor, Président de l’UDES.
source : http://www.udes.fr/actualites/reforme-de-vie-associative-beaucoup-dannonces-mais-peu-de-nouveaute