Nullité du licenciement d’un éducateur : le représentant de l’association n’avait ni la qualité ni le pouvoir de licencier

Dans un arrêt du 1er mars 2017 (n°15/07667), la Cour d’Appel de Bordeaux confirme que le licenciement prononcé, au nom du président de l’association, par une personne qui ne détient ni délégation préalable de pouvoir, ni d’autorisation du conseil d’administration de l’association sportive est nul.

Pour lire la suite de cet article, vous devez être membre de la FFCO.

:
:

Vous êtes un club et souhaitez devenir membre ? Inscrivez-vous !

Mot de passe perdu ? Cliquez ici.