Rapport sur la « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée »

Le rapport relatif à la « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée » est paru ce mardi 28 août. Il vise à transformer le système de prévention des risques professionnels, en impliquant les professionnels de la santé au travail.

Commandé par le Premier ministre, M. Édouard Philippe,  les recommandations de ce rapport ont pour objectif la prévention au travers de la création de guichets uniques régionaux. Ces guichets seraient amenés à réunir les services de santé au travail interentreprises, les représentations régionales de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact), et les agents chargés de la prévention au sein des Carsat (assurance-maladie).

Ce dossier préconise également une modernisation des outils du quotidien, permettant de réaliser les examens médicaux. Le rapport prône par exemple le développement des plateformes informatisées, pour une prise de rendez-vous directe par les salariés ou les entreprises.

L’utilisation de la télémédecine est également mise à l’honneur, afin de réduire les disparités sur le territoire tout en réduisant des délais d’attente très longs dans des territoires où l’offre médicale est insuffisante pour répondre aux besoins de la population.

Selon le rapport, cette optimisation du temps médical permise par l’utilisation de la télémédecine s’effectue au profit des publics fragiles. Ce gain de temps potentiel défendu par le rapport permettra de consacrer plus de temps à la prise en charge au sein des entreprises des salariés en situation d’Affection longue durée (pathologies chroniques etc.), en situation de handicap ou à risque (salariés avançant en âge etc.).

Dans le cadre de la santé au travail & des préconisations de ce rapport, promouvoir le sport santé à destination des salariés avec l’appui de nos clubs omnisports. 

Il semble également important que cette prise en charge plus adaptée pour les publics fragilisés que le rapport préconise, puisse permettre de sensibiliser d’avantage les salariés à appréhender l’activité physique comme thérapie non médicamenteuse, afin de diminuer ou de prévenir les risques liés aux maladies chroniques.  

Pour rappel, le décret sport sur ordonnance peut s’inscrire dans le parcours de soins des patients atteints d’une affection longue durée. Ce dernier permet au médecin traitant la prescription d’une activité physique adaptée à la pathologie (et dans le cadre de PRESCRI’FORME : l’activité physique sur ordonnance en Île-de-France, aux médecins de toute spécialité, libéraux et hospitaliers), aux capacités physiques et au risque médical du patient.

À travers son action fédérale « Omnisports et santé », la F.F Clubs Omnisports propose le programme de formation « 1000 clubs pour le sport et la santé » afin de former les éducateurs salariés et bénévoles élus à recevoir les publics fragilisés au sein des clubs omnisports.

Sur le même modèle partenarial que celui élaboré auprès des partenaires territoriaux identifiés (acteurs & réseaux de soins, collectivités territoriales etc.) et dans la continuité de ce rapport en matière de santé au travail, l’idée pourrait être de positionner le club omnisports comme un relai, un point d’appui auprès des entreprises, afin de proposer des programmes d’activités adaptés aux salariés en situation d’ALD (tout en garantissant le suivi du profil de forme, de l’état motivationnel et la sécurisation de la pratique).

Les mesures proposées dans le rapport doivent être encore discutées par les partenaires sociaux et mises en application à l’horizon 2020. L’intégralité des propositions de ce rapport sont consultables ici.