Revue OmniSPORTS n°132 – Décembre 2015

Des événements tragiques ont frappé la France au soir du 13 novembre 2015.
Chacun de nous se souviendra sans doute du lieu où il se trouvait – désemparé et révolté – au moment de ces atrocités car c’est un peu chacun d’entre nous qui a été touché.

La Fédération Française des Clubs Omnisports a tenu à rendre hommage aux victimes dès le lendemain matin des attentats en honorant par une minute de silence la mémoire des victimes, avant d’ouvrir les travaux de la réunion à Laval.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Qu’est-ce qui peut pousser des hommes et des femmes à de tels actes ? Comment de jeunes Français ont-ils pu ainsi se retourner contre leur propre pays, leurs propres concitoyens ?

Devant l’horreur des attentats et parce que l’Omnisports est porteur des valeurs de tolérance, de respect de l’autre et du vivre ensemble, nous avons choisi de changer le thème du dossier de notre revue pour aider la réflexion : comment le sport peut contribuer activement à la rencontre et à l’acceptation des différences ?

Le Ministère en charge des sports a lancé en mars dernier, à la suite des attentats de janvier, le « Plan Citoyens du sport » et Thierry Braillard a demandé aux fédérations sportives lors de la réunion du 2 décembre au Ministère de se saisir pleinement de cette action. Il propose de
« reprendre pied dans les zones délaissées, par la pratique sportive, souvent source de repli identitaire ». Il insiste sur le fait que les clubs doivent amener à plus de mixités.

Saisissons nous de ces moyens pour favoriser la convergence des demandes et des initiatives prises par les habitants avec les capacités d’organisation et d’innovation de nos clubs, et ainsi répondre aux besoins – et ils sont nombreux et divers, pas souvent entendu – des quartiers populaires. Face aux tentations communautaristes, le sport doit jouer pleinement son rôle d’acteur social pour prendre en compte les aspirations des divers publics, favoriser les échanges et gagner du terrain sur un repli sur soi qui trouve aussi ses sources dans le chômage, la pauvreté, la mise à l’écart, l’ostracisme.

Les acteurs du « sport près de chez nous » n’abandonneront pas le terrain, devant aucune idéologie, aucune menace. Quel meilleur outil que le club sportif, organe structurant d’un territoire – qui plus est omnisports- pour rassembler, dans l’effort ou le plaisir, autour de moments festifs, conviviaux ou compétitifs toutes les composantes qui fondent notre humanité ?

Relançons ce que nous savons faire et bien faire. Travaillons ensemble pour que cet humanisme actif soit au centre des actions sportives et au cœur de la société, pour que les valeurs intrinsèques du sport, partage et rencontre, contribuent à une certaine cohésion d’une France fraternelle et solidaire et travaille ainsi à un monde de paix.

Patrick Baqué et Gérard Perreau-Bezouille

Coprésidents de la FFCO

 

Au sommaire de ce numéro

  • Dossiers : Sport, diversité(s) et vivre ensemble
  • Actualités : fédérale et des comités, échos de club et portrait de l’ASPTT Laval
  • Infos juridiques : brèves ministérielles, Infos des trésoriers, au J.O. et Questions / Réponses 
  • Zoom sur « la complémentaire santé »