Un franc succès pour cette première table ronde !

Tables rondes Géopolitique du Sport

Retour sur le 15 mai 2017

Au moment où la délégation du CIO était reçue à Paris pour étudier la candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, la Fédération Française des Clubs Omnisports réunissait des universitaires, des acteurs du mouvement sportif et des élus locaux pour des tables rondes sur la « Géopolitique du sport ».

Devant une soixantaine de spécialistes, 3 interventions se sont succédé pour ouvrir le débat et éclairer les relations entre le sport, le politique et les relations internationales dans les locaux d’Humanis, partenaire de la FFCO.

Florence Carpentier[1] est revenue sur les jeux de 1936 à Berlin en expliquant le contexte  de la désignation ainsi que les relations post JO au sein du mouvement olympique.

Denis Lafoux, directeur de la FFCO, a repris les travaux de Jean Pierre Augustin[2] , empêché, pour retracer les grands enjeux politiques qui ont émaillé la création et la diffusion des sports « modernes » et son organisation mondiale.

Patrick Clastres[3] a présenté une prospective volontairement « décalée » pour inviter aux débats et à la discussion partant du postulat que les Jeux Olympiques de 2096 n’auront pas lieu en revenant jusqu’à aujourd’hui pour en expliquer les raisons.

Les contenus principaux de ces interventions sont à retrouver dans la dernière revue omniSPORTS n°139 de la FFCO qui vient de paraître.

LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DES CLUBS OMNISPORTS est une fédération sportive atypique dans son approche du monde du sport regroupant des clubs comme le Racing Club de France, le Stade Français, le Paris Université Club, Les Girondins de Bordeaux, l’ES Nanterre, le Havre Athletic Club… Elle a été créée en 1989 à l’initiative de dirigeants de clubs omnisports pour faire face aux contraintes organisationnelles et défendre une vision transversale du sport. Depuis sa création, la FFCO appuie sa politique sur 3 axes : la représentation des clubs des territoires au niveau national, l’accompagnement des dirigeants associatifs et la mutualisation par la transversalité du sport. Elle édite une revue bimestrielle « omniSPORTS » articulée autour d’un dossier de fond, de la mutualisation des expériences des clubs et d’informations et conseils juridiques.

[1] Maîtresse de conférences à l’IUFM de Rouen et membre du Centre d’Études des Transformations des Activités Physiques et Sportives.

[2] Sociologue – Chargé de recherche au CNRS, Centre de sociologie politique de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine

[3] Historien du sport – Professeur à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne – Directeur du Centre d’études olympiques & de la globalisation du sport (CEO & GS)