Les avancées du Sport sur Ordonnance

Comme elle s’y était engagée, Valérie Fourneyron s’est munie de  « son bâton de pèlerin » afin de voir rétablir dans le projet de loi relatif à la modernisation de notre système de santé, sa proposition concernant la prescription du sport par les médecins aux personnes atteintes de maladies chroniques.

Cette mesure, adoptée en première lecture par les députés, avait été rejetée, à une voix près, par le Sénat lors de l’examen du projet de loi relatif à la Santé en octobre 2015.

Seulement, le 10 novembre 2015, « la Commission des Affaires Sociales a approuvé à une très large majorité le rétablissement du « Sport sur Ordonnance » dans le texte du projet de loi, avec le soutien du gouvernement et du rapporteur » s’est félicitée l’ancienne Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Comme elle le rappelle à juste titre « l’enjeu est pourtant clair : faire en sorte que la France se dote enfin d’un système de santé moderne, efficace et durable, avec une gestion budgétaire plus efficiente, offrant des soins accessibles à tous, privilégiant la médecine de proximité, ouvrant de nouveaux droits pour les patients, mettant l’accent sur la prévention autant que sur la guérison. »

Comme un écho à cette déclaration, de nombreuses communes expérimentent  les prescriptions de sport.

Poitiers, Saintes, Châteauneuf, Biarritz, pour ne citer qu’eux, s’engagent dans cette démarche auprès de leur population. Avec des retombées plus que positives si l’on en croit les différents témoignages de patients.

Mais aujourd’hui, pour donner une assise et une reconnaissance légales à la prescription médicale d’activités physiques adaptées, une ultime étape reste à franchir : la lecture des articles en séance publique, qui aura lieu entre le 16 et le 20 novembre.