Une progression disparate des fonds alloués au Sport

Si le projet de loi de finances 2016 annonce une augmentation de 17% des fonds alloués au ministère de la ville, de la jeunesse et des sports, il n’en demeure pas moins que cette hausse reflète des disparités réelles.

Cette année, la question de la jeunesse faisant office de priorité, les quartiers prioritaires (plan « Citoyens du sport » qui vise à la création d’emplois supplémentaires) et le sport de haut niveau  bénéficient d’une attention toute particulière dans la répartition des crédits.

Ainsi, l’enveloppe destinée à la jeunesse et de la vie sociale passe de 229 millions à 289 millions, en accord avec la priorité gouvernementale pour la jeunesse (augmentation de 70 %).

Le budget des Sports qui se décompose en deux grandes enveloppes (crédits du programme Sport et crédits du CNDS) connait, quant à lui, une progression plus disparate.

Si le programme Sport présente une hausse de 3,9%, passant de 224 à 233 millions d’euros, à l’inverse, les crédits du CNDS subiront une baisse de 2 %, passant de 270 à 264 millions d’euros.

Tout en ayant à l’esprit que le CNDS sera chargé d’accompagner à hauteur de 10 millions d’euros la candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympique en 2024.

Alors quid de la place des associations omnisports face à la répartition des crédits restants ?

Le sport pour tous semble, en effet,  se morceler « entre, d’un côté, des territoires et des publics prioritaires qui captent les subventions, et de l’autre, des territoires et des publics non prioritaires dont les moyens, tant en faveur des associations que des équipements, se réduisent d’année en année ».

Retrouvez l’article sur le site http://www.localtis.info