La FFCO au Groupe d’études sur le Sport de l’Assemblée Nationale

Gérard PERREAU-BEZOUILLE, président de la F.F. Clubs Omnisports, a participé, vendredi 5 mars 2021, à l’échange du groupe d’études sur le Sport à l’Assemblée nationale.

La table ronde sur le thème « Quelle démocratisation pour le mouvement sportif français ? » était organisée par le groupe de travail sport de l’assemblée nationale présidé par François Cormier-Bouligeon.

Elle réunissait autour des députés investis dans le groupe :

– Denis Masseglia, Président du CNOSF,

– Emmanuelle Bonnet-Ouladj, Co-présidente de la FSGT,

– Didier Seminet, Président de la Fédération Française de Baseball,

– Éric Tanguy, Président de la Fédération Française de Volley,

– Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de Basketball.

– Gérard Perreau-Bezouille, Président de la FF Clubs Omnisports

Il s’agissait de faite le point sur l’évolution de la proposition de Loi visant à démocratiser le sport en France (n° 3808) et surtout de prendre date pour travailler sur des perspectives à venir. Les échanges ont montré l’ampleur du chantier, les avancées, les besoins et la nécessité de pousser les échanges, surtout quand il s’agit de la nécessaire parité femmes-hommes dans les instances du sport français.

Dans un propos liminaire, Gérard Perreau-Bezouille a indiqué que, pour la FFCO, la démocratie et la gouvernance sont directement liées à évolution des pratiques, de la demande, des besoins, à leur démocratisation, à l’amplitude des tranches d’âges touchées, à la grande diversité des attentes.

Il convient de progressivement remettre les choses à l’endroit car les structures institutionnelles actuelles basées sur un système uniquement disciplinaire, vertical et descendant, ne sont plus adaptées pour faire face, seules, aux enjeux et prendre en compte complètement toutes les mutations dans la société.

Les clubs omnisports, dans leur démarche transversale, par leur vision globale, apportent des solutions au quotidien. Ils sont disponibles pour tous les échanges à venir, afin de prendre toutes leurs responsabilités dans la recherche de solutions concrètes adaptées.

Tous les dirigeants présents ont soulignés les risques encourus, du fait de la crise sanitaire et de son traitement, pour la pratique sportive de tou.te.s et pour le bénévolat. Les A.P.S. ne doivent pas être traitées comme un risque mais comme une opportunité pour la santé et le vivre ensemble.