LES CLUBS FACE A LA COVID : FAISONS LEUR CONFIANCE !

A une période où, face à la covid, se succèdent des appels à l’aide de structures issues de tous les secteurs d’activité, il nous paraît nécessaire de mettre en avant, l’importance du club, du sport, de la pratique physique en général, dans la vie quotidienne de nos concitoyens.

Alors qui sommes-nous pour juger de la pertinence ou non des mesures sanitaires prises ? Nous ne sommes ni experts scientifiques, ni spécialistes du corps médical, ni membres du gouvernement, … Mais nous sommes des dirigeants de clubs, des dirigeants de fédérations sportives, des personnes engagées depuis des années dans la pratique sportive et convaincues des bienfaits de celle-ci notamment pour la santé.

Ainsi, nous ne mettons pas en cause la nécessaire réponse à mettre en place face à la pandémie. Mais nous voulons mettre en avant l’indispensable prise en compte de nos associations sportives face à une communication désordonnée et à des dispositions qui peuvent apparaitre contradictoires à certains enjeux tant sportifs que de société.

Nous tenons aussi à apporter tout notre soutien au travail sérieux et pertinent réalisé par les clubs pour mettre en place les gestes barrières et les mesures sanitaires permettant la reprise des activités. N’oublions pas que derrière les millions de pratiquants, ce sont souvent des bénévoles qui se mobilisent, encore plus qu’à l’accoutumé, en cette période de crise. Nous saluons particulièrement les dirigeants des clubs omnisports qui assurent un respect des protocoles dans chacune de leurs sections et permettent ainsi, sur un même territoire, une approche transversale des mesures sanitaires dans le sport.

Mais nous le voyons, nous l’entendons, et bien que nous cherchions à le combattre, le risque est très présent et accru d’un épuisement de cette ressource humaine. Veillons à leur apporter les moyens et l’accompagnement nécessaire pour éviter une démotivation de nos dirigeants et bénévoles.

Est-il besoin de rappeler ici que le club est un vecteur majeur de lien et de brassage social, de vivre ensemble, structuré et réfléchi et  que la santé comporte aussi ces composantes psychologiques et sociales ?

Le calendrier que subissent nos associations est tout particulièrement perturbé. Chaque année, les mois de septembre / octobre sont primordiaux pour l’accueil de nos pratiquants. En ce début de période, nombre d’entre eux, voyant la détermination et l’engagement de nos clubs à maintenir leurs activités dans des conditions sécurisées, commençaient à reprendre le chemin du sport. Ces nouvelles restrictions portent donc un coup quasi décisif à la motivation de ceux qui hésitaient encore (25% des licenciés en moins et combien de pratiquants non licenciés ?).

Malheureusement, dans le même temps, nos dirigeants de club ne peuvent assurer à leurs adhérents, une maîtrise de la situation devant des communications nationales et locales désordonnées, voir discordantes. Notre fédération est habituée à relayer, avec compétence et souci de l’efficacité, les consignes et directives ; aussi, en appelons-nous à nos élus nationaux et à leurs services pour que les décisions prises au plus haut-niveau de l’Etat soient mises en cohérence dans la pratique sur le territoire (pratique des mineurs notamment). Les principaux partenaires de nos clubs que sont les collectivités locales connaissent l’engagement et le sérieux de leurs associations et doivent être en mesure de porter conjointement sur chaque territoire cette mise en œuvre en ayant une approche ciblée et sportive, basée sur l’activité, plus que structurelle, liée uniquement aux types de bâtiments.

Enfin, il apparaît nécessaire d’être vigilant aussi à propos de l’organisation des compétitions sportives et ainsi, de ne pas ajouter aux difficultés actuelles une forme d’iniquité devant les compétitions en n’entendant pas les remarques des équipes qui ne peuvent plus s’entraîner et qui doivent rencontrer des équipes tout à fait préparées. Il en est aussi de notre responsabilité de dirigeants sportifs que de soulager les clubs en évitant toutes amendes, pénalités, contraintes supplémentaires… pesant sur les associations sportives de base.

La FF des Clubs Omnisports appelle ainsi à soutenir les bénévoles et salariés de nos associations sportives engagées dans le maintien des activités par une communication plus pertinente, une concertation plus rapide et plus en proximité, une adaptation des mesures plus adéquates, un soulagement des contraintes fédérales… Nos clubs, acteurs de terrain, maîtrisent leur sujet et leur territoire, alors aidons les à passer cette période mais surtout, faisons leur confiance pour qu’ils soient des partenaires plus que des exécutants dans la gestion de cette crise.

LA FEDERATION FRANCAISE DES CLUBS OMNISPORTS est une fédération atypique dans son approche du monde du sport. Réunissant 550 clubs regroupant de 50 à 15 000 adhérents comme le Racing Club de France, le Stade Français, le Paris Université Club, Les Girondins de Bordeaux, l’ES Nanterre, l’AC Boulogne Billancourt, le Havre Athletic Club… Elle a été créée en 1989 à l’initiative de dirigeants de clubs omnisports pour faire face aux contraintes organisationnelles et défendre une vision transversale du sport. Depuis sa création, la FFCO appuie sa politique sur 3 axes que sont la représentation des clubs des territoires au niveau national, l’accompagnement des dirigeants associatifs et la mutualisation par la transversalité du sport. Elle édite une revue bimestrielle « omniSPORTS » articulée autour d’un dossier de fond, de la mutualisation des expériences des clubs et d’informations et conseils juridiques.