Plan sobriété énergétique des équipements sportifs

Homme qui nage dans une piscine

En raison de la crise énergétique à venir, différents acteurs du mouvement sportif se mobilisent pour trouver des solutions afin de limiter au maximum ses répercutions économiques sur les propriétaires d’équipements sportifs qui sont principalement les collectivités locales puisqu’elles possèdent 85 % du patrimoine sportif français (gymnases, patinoires, piscines, etc..), mais également sur les usagers.

C’est le cas notamment de l’Association Nationale des Elus en charge du Sport (Andes) ainsi que le COSMOS qui contribuent au groupe de travail sport lancé dans le cadre du plan de sobriété énergétique décidé par Emmanuel Macron en juillet dernier.

Le COSMOS a ainsi mené une enquête en ce mois de septembre auprès de ses adhérents afin de faire remonter des propositions dans 4 domaines :

  • Les transports ;
  • La consommation d’énergie pour l’éclairage et le chauffage ;
  • Le lissage des heures de consommation vers les heures creuses ;
  • L’éducation et la sensibilisation.

De son côté, l’Andes a formulé 20 propositions réparties selon si elles concernent que les collectivités ou bien les collectivités et les partenaires ; et selon si elles sont conjoncturelles (inférieures à 2 ans) ou structurelles (supérieures à 2 ans).

Pour consulter l’enquête du COSMOS cliquez ici et pour aller plus loin sur les 20 propositions de l’Andes cliquez sur ce lien.