Revue OmniSPORTS n°147 – Décembre 2018

Où ils en sont… Où nous en sommes…

À force de conciliabules sur « la gouvernance » entre ceux qui dirigent déjà
le sport et de tractations diverses pour partager des bouts de pouvoirs, on en viendrait presque à oublier l’essentiel, ce qui devrait motiver réflexions et actions, engendrer une rénovation en profondeur du « modèle » sportif : le décalage qui se creuse, depuis un moment, entre les demandes de tous ceux qui le pratiquent, qui l’aiment, qui en ont besoin, qui aspirent à renouveler les façons de faire et une offre toujours plus codifiée, toujours plus normative, toujours plus verticale et disciplinaire.

D’un côté – toutes les études (voir encadré page 4) le démontrent et cela
correspond aux mutations profondes de la société, de la vie -, une demande
de plus en plus diversifiée, de plus en plus « touche à tout », versatile, sur des plages de temps nouvelles, dans un rapport nouveau à la nature, à l’environnement, avec des aspirations et motivations multiples (bien être, santé, convivialité, insertion…), une demande « omnisports », non pas par la juxtaposition de pratiques disciplinaires mais par la conjugaison inventive de l’ensemble de ces aspirations dans la relation au local. L’arrivée massive des pratiquantes, avec leurs besoins, leurs attentes, la place prise par des dirigeantes, avec d’autres contraintes, a fortement fait évoluer la pratique sportive et le modèle associatif.

De l’autre, un sport « officiel » qui se complaît dans son organisation pyramidale, instituée, et qui tente par tous les moyens de, s’il ne peut le bloquer, canaliser le nouveau en codifiant toutes les formes de pratique – licenciation obligatoire, délégations contraintes…- et en rejetant toute vision et solutions transversales. Les porteurs de ces évolutions innovantes sont informés, au mieux « associés », jamais partie prenante.

Les premiers agissent comme s’ils voulaient faire entrer de force, au chausse pied, des milliers d’initiatives nouvelles, de demandes nouvelles, de besoins nouveaux, dans des boîtes, qui ont, certes, fait leurs preuves dans un certain nombre de domaines mais qui sclérosent dans leur volonté de tout dominer, de tout maîtriser…
Dans un tel contexte, pas facile de trouver les formes, les lieux pour intervenir, pour proposer des alternatives même s’il existe des espaces comme I.D. Orizon – dont la F.F. Clubs Omnisports est membre fondateur -, ou l’Université Sportive d’Été pour laquelle nous avons été actifs dans
l’organisation aux côtés des initiateurs, l’UNCU et l’UJSF.

Au sommaire de ce numéro

  • Dossiers : Par-delà l’animation sportive dans les quartiers
  • Actualités : Echos de clubs, nouvelles des comités, actualité fédérale, portrait de l’AS Montferrandaise (63)
  • Infos juridiques : Au J.O., Infos des trésoriers, Echos de justice, Questions / Réponse et Zoom sur “La réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage 1/2”