Formation Radicalisation dans le sport

Dernièrement, la Région île de France a organisé une formation à destination du monde associatif sportif. Elle aborde les sujets de : “risques de radicalisation” dans le sport afin de mieux aider les dirigeants et éducateurs à détecter, comprendre et prévenir les caractères déviants.

La F.F. Clubs Omnisports – Essonne y a donc participé et rencontré Médéric CHAPITAUX, référence dans ce domaine. Il nous a présenté les éléments de contexte que sont les lois. Mais aussi les enjeux de définitions autour de cette thématique afin d’éviter tous types d’amalgames et d’incompréhensions.

Le club sportif apparait alors comme la structure étant le plus sujet à radicalisation en France. Devant les prisons et les lieux de cultes notamment. C’est pourquoi il nous a transmis les outils pour détecter les comportements et agir dans la lutte contre la radicalisation. La mise en place d’un texte officiel dans le règlement intérieur de l’association représente l’élément indispensable pour acquérir la légitimité d’agir.

Il est aussi important de savoir que le processus de radicalisation s’opère de plus en plus tôt dans l’espérance de vie. Par exemple, en 2017, la moyenne d’âge d’entrée dans la radicalisation était de 26ans contre 20ans en 2020. Ce qui remet en question le système éducatif aujourd’hui. Et inquiète en vue des JOP 2024.

Pour agir, nous devons faire attention aux comportements des individus présent dans nos associations. L’entrée dans le radicalisme survient lors d’un moment de fragilité ponctuelle (perte d’un emploi, rupture, décès…). Pour les plus jeunes, l’aide aux devoirs est le plus souvent utilisé pour convertir les enfants à une certaine manière de penser et de voir les choses. Ces indicateurs doivent être des signaux auxquels nous devons être particulièrement réceptifs.

(GUILLUY Tom agent de la F.F. Clubs Omnisports – Essonne aux cotés de Médéric CHAPITAUX formateur et Evelyne CIRIEGI Présidente du CROSIF)