Nos parlementaires sont-ils sportifs ?

Certains aiment le sport, d’autres le pratiquent et quelques uns en sont éloignés (voir très éloignés…). Petit tour d’horizon de quelques parlementaires.

Sénat et Assemblée réunis en équipe autour du sport, au-delà des rivalités politiques

le XV parlementaire en est un très bon exemple en rassemblant autour des valeurs ovales des joueurs issus des bancs des deux assemblée. On y retrouve entre autres Alexis Corbière (LFI),  Louis Alliot (RN), François Cormier-Bouligeon (LREM) ou encore, Fabien Gay (PCF), Lise Magnier (Agir) et Gisèle Biemouret (PS).

A noter que pour le foot, les députés se la jouent solo au sein de l’équipe parlementaire.

Mais passé l’anecdote, on s’aperçoit, à force de rencontrer des parlementaires et d’évoluer dans ces enceintes que seulement une quinzaine tout au plus sur les 925 parlementaires siégeant à l’Assemblée et au Sénat, ont fait du sport leur priorité. Parmi eux, Michel Savin, sénateur Les Républicains de l’Isère, Régis Juanico, député Génération, Jean-Jacques Lozach, sénateur socialiste ou encore François Cormier-Bouligeon (LREM), porteur d’un projet de loi durant l’été 2019 aux côtés de 70 députés dont Cédric Roussel et Belkhir Belhaddad, tout deux LREM.

Peu importe leur couleur politique, ces élus se rejoignent sur un point : déplorer la faible place du sport dans le budget de la nation, en effet seulement 0.3% de l’ensemble des dépenses de l’Etat est dédiée au sport. Et tous semblent porter l’idée de faire monter le budget des sport au même niveau que la culture, à savoir 1% du budget de l’Etat.

Une proposition de loi en 2018 ? en 2019 ? en 2020 ?

Au delà du projet de loi du député Cédric Roussel, qui anime avec son collègue François Cormier-Bouligeon le groupe parlementaire sur les sports, un projet de loi Sport est annoncé depuis 2018. Repoussé faute de place sur l’agenda parlementaire, il a été annoncé pour 1er semestre 2019 puis second pour finalement être annoncé en 2020.

Même si les choses bougent un peu avec la consultation mise en place par Mme la Ministre, Roxana Maracineaunu, sur ce début d’année 2020, des bruits de couloirs parlent de reculer ce projet à fin d’année voir 2021 faute de place sur l’agenda parlementaire, un peu bousculé notamment par la réforme des retraites.

La FF Clubs Omnisports se mobilise pour alerter sur les enjeux de cette loi et surtout sur l’importance de la maintenir dans l’agenda 2020 afin d’envoyer un signal que le sport n’est pas une variable d’ajustement des agendas mais bien quelque chose qui comme le dit le député Cédric Roussel, à l’image de l’écologie, doit infuser dans tous les domaines.