Sport et élections locales : un sujet ?

Nous venons de passer deux week-ends d’élections pour les régionales et départementales marqués d’ailleurs par une forte abstention. La question que l’on peut se poser est : comment les candidats ont-ils porté le sujet sport dans leur campagne ?

Globalement, la majorité des candidats ont abordé la question sport, à la hauteur des financements de ces collectivités (c’est à dire à la marge ?).

Rien de bien surprenant me direz-vous étant donné que la compétence sport, partagée entre les différentes collectivités, n’est pas forcément la plus saisie par nos élus départementaux et encore moins régionaux, les collectivités locales les plus actives étant les municipalités.

Et pourtant, porteur d’actions sociales, de développement des territoires ruraux, de formation de la jeunesse,… le sport pourrait jouer une place importante dans les politiques départementales.

Et pourtant acteurs économiques importants, pourvoyeurs d’emplois et source d’insertion et de formation professionnelle, pôles de dynamique et d’attractivité en termes d’aménagement du territoire,… les clubs sportifs pourraient jouer une place importante dans les politiques régionales.

Mais la question est aussi comment nous, acteurs du paysage sportif, nous avons contribué à mettre le sport sur la place publique pour en faire un sujet à part entière de ces élections.

Au-delà de quelques initiatives isolées à l’image du comité régional Pays de la Loire des clubs omnisports ou le CDOS du Nord interpellant les candidats sur la ligne sport de leur programme, les échanges n’ont porté qu’à la marge sur le sujet.

C’est désormais autant aux acteurs sportifs qu’aux personnalités politiques de porter le sujet sport à partir du moment où l’on souhaite collectivement en faire un axe fort de nos politiques de développement à l’horizon 2024.